Attention ... non rien, ce n'était que du vent.

Si j'aurais eu le temps, J'aurais pu faire plus court !

samedi 10 juin 2006

Ô souvenirs radieux

 

Aux souvenirs passés d’un futur merveilleux
Ma vie se projette dans le fond de mes yeux
Scènes de la vie qu’auraient pu être la mienne
Et celles vécues avec la femme que j’aime
La souffrance me pénètre comme une lame de couteau
Ma vie sans elle n’a plus rien de très beau
Une douleur m’assaille, on m’assassine dès le matin
Je rêve de me lever au creux de ses reins 

Pourtant je n’avais qu’une envie

C’était d’être heureux

Moi qui ne voulais vivre une vie

Oui mais la vivre à deux

Aux souvenirs passés d’un futur merveilleux
Ma vie se reflétait dans le fond de ses yeux
Le temps défile mais l’épreuve est tenace
Son image dans ma tête est toujours aussi pugnace
La journée passe mais pas ce sentiment
Je ne peux me dire que ce n’est plus comme avant
Le soir venu mes mains sur la figure
J'y cache mes pleures ainsi que mes fissures 

Pourtant je n’avais qu’une envie

C’était d’être à toi

Moi qui ne voulais vivre une vie

Oui mais la vivre avec toi

Aux souvenirs passés d’un futur merveilleux
Je me voyais pourtant dans ses bras devenir vieux
La journée se déroule et elle hante mon esprit
Pourquoi a-t-il fallu que je sorte de sa vie
La rupture est trop abrupte pour un seul homme
Cela me consume plus que je ne la consomme
Il y a encore une semaine je lui disais des je t’aime
Aujourd’hui plus rien, pas de haine c’est là le dilemme

Pourtant je n’avais qu’une envie

C’était d’être heureux

La douleur est trop forte

Il faut que cela sorte

Moi qui ne voulais vivre une vie

Oui mais la vivre à deux

Le mal est trop grand

Quand ça me reprend

Pourtant je n’avais qu’une envie

C’était d’être avec elle

 Le crime est trop profond

 Le soir je me morfonds

Moi qui ne voulais vivre sa vie

Je la trouvais si belle 

Aux souvenirs passés d’un futur merveilleux
Des images m’obsèdent, comment lui dire adieu 
Sur mon cœur on peut lire cet écriteau
« Attention blessure fraîche » écrit au bout du rouleau

 

Al. M

Posté par Al Mistral à 18:22 - Chanson - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    :'(
    faut que je te renvoie un mail??

    Posté par pistache, samedi 10 juin 2006 à 21:08
  • Que dire... Tu as l'air dans le meme état que moi, si ce n'est differemment.
    Que tes blessures guérissent, que la joie de vire t'envahisse à nouveau.
    Je t'envoie ton mon courage et des bises.

    Posté par acedie, dimanche 11 juin 2006 à 10:31
  • un beau texte ...qui fait mal..courage!
    les blessures fraiches finissent avec le temps par cicatriser!
    bizous

    Posté par lacigale, dimanche 11 juin 2006 à 13:52
  • Oui il donne des bleus à l'âme !!!

    Posté par Al, dimanche 11 juin 2006 à 16:06

Poster un commentaire